Blog

INTERVIEW Go OUt

goout! n48 final (glissé(e)s) 2

A l’industrie des festivals de masses aux line up aussi dense que les rayons d’un supermarché, François Moncarey fait figure d’un frondeur aussi créatif que perturbateur. Prolifique pionnier with site, on lui doit avec son duo Kevin Remseier, la réhabilitation de l’espace d’art à Saint-Jean – la Reliure – où s’organise chaque année le Deviant Art Festival (DAF). Un festival sans le sou mais sous le sceau d’une insatiable soif d’exploration artistique. A la liste de ses forfaits, on ajoute aisément le Festival XI, le Cheyenne mais aussi une présence remarquée au Festival Tous Ecrans (2014) et à la Bâtie (2016). Autodidacte, François Moncarey ne vient pas des Beaux-Arts, il est diplômé de l’école en image de Gobelins à Paris, où il se spécialise en média et animation, une formation qu’il complète d’un papier en informatique. Deux outils qui constituent la clef de voûte de la démarche artistique de ce Docteur Emmett Brown. Vison-visu dépixelisé avec ce geek atypique et anti-cartésien pour qui l’art se conjugue à l’humain. PAR MINA SIDI ALI ET MABROUK HOSNI IBN ALEYA

L’an dernier vous aviez investi le parc de la Villa Bernasconi avec un dôme suite à une résidence. Comment a glissé la collaboration vers une exposition ? Kevin Ramseier et moi-même avions, une résidence de danse avec le Centre d’Expression Numérique et Corporel le (CENC) de Genève et MySquare à la Villa Bernasconi. J’y avais édifié mon dôme. Puis, dans ce cadre, nous avons proposé le Festival XI, une nouvelle manifestation liée aux expériences immersives et à la réalité virtuelle. Suite à cela, nous avons proposé le Pic Nic Electronique, le temps d’un week end où nous avons drainé un large public. Cela a impressionné les gens de Lancy, surtout que nous n’avions aucune subvention pour organiser le tout. Ainsi, la Villa Bernasconi, m’a Besuchen Sie unsla possibilité d’exposer mes projets artistiques. J’avais ce désir de m’orienter davantage vers un travail en galerie. Jusque-là, j’avais surtout proposé des installations dans le cadre de festival, you may Click here loanzeus.
En parlant de festival, entre la collaboration avec la Bâtie, le festival XI, la projection d’ouverture sur le générateur de particules au TED – X au CERN, le Deviant Art Festival à la Reliure, 2016 s’est révélée très dense pour vous… Peut-être un peu trop ! Il y a également eu le Fusion Festival à Berlin, puis un projet au Nouveau-Mexique à Santa Fe et au Portugal ! Il y avait beaucoup de pression surtout pour le CERN. Cela m’a mis une claque, j’ai enchaîné et ca m’a lessivé. C’est dommage car arrivé à ce stade, on ne sait même plus pourquoi on fait cela. J’ai réalisé qu’il me fallait du temps entre les divers projets, prendre un peu de recul.
Et quelle est votre proposition artistique pour cette exposition à la Villa Bernasconi ? Une adaptation de tous mes projets mais à l’échelle galerie. Je garde toutefois l’idée du dôme et de l’expérience immersive. Les gens doivent expérimenter et cela ne demande pas forcément toute une démarche conceptuelle. C’est un truc qui touche, quelque chose d’assez profond, un peu à la manière de l’art brut : tu te retrouves devant et tu la ressens ! Cela se compare également à la musique que tu écoutes dans un canapé et au bout d’un certain temps, tu oublies l’environnement pour ne focaliser que sur le son. J’essaie de créer ce type de ressenti chez les gens, créer des moments, des interactions avec eux. Ainsi, chaque pièce à la Villa Bernasconi proposera une expérience différente.
Concrètement cela donne quoi ? Pour une de mes grandes pièces, je me suis réapproprié des codes de reconnaissance faciale et intelligence artificielle de Google. J’ai travaillé sur une image, une tapisserie que je fais analyser par un système à qui j’ai appris à entrevoir le monde. Et en fonction des visuels avec lesquels je le nourris, il va entrevoir l’image différemment. Si tu élèves un enfant de 0 à 10 ans dans la forêt puis que tu le confrontes à la vie urbaine, il va percevoir la cité de manière organique. Toute notre vision du monde est influencée par une base de données. C’est une installation projetée sur une fresque de 4 mètres sur 3 mètres qui évolue à travers la lunette d’une intelligence artificielle.
Temps Irréel Du 1er février au 12 mars Villa Bernasconi Route du Grand – Lancy 8, 1212 Lancy http://lancy.villabernasconi.ch www.mysquare.ch
RK Perlin Flow De bug
Février 2017